SCOREUR DE MARS

Un blog pour tous les passionnés de basket et du Streetball et la plus grande base de données vidéos sur le basket en génèral !!! Dunkeurs, crosseur, scoreurs ce site est ton royaume parisien .

27 décembre 2011

La Tribune de Ball'n blues

image blog

Avec le retour de la NBA, le Scoreur "ball'n blues" nous fait partager son opinion et son analyse avec deux de ces nouveaux articles, intitulés :

- Ca valait le coup d'attendre !!

- Opening night fever.

 

Ca valait le coup d'attendre !!

C’est en ce 25 décembre, jour de Noël que la NBA a repris ses droits après 4 mois de fermeture forcée. Pouvait-on espérer meilleur cadeau qu’une première au Madison Square Garden de New-york entre les Knicks et les Celtics de Boston? Au bout d’un match passionnant, ce sont finalement les Knicks qui ont arraché la victoire après être passé à côté du troisième quart temps.

Let’s get this party started !

Les Knicks retrouvaient leurs bourreaux de l’an passé, les Celtics qui les avaient balayé en Playoffs (4-0) mais également en saison régulière. La rédemption a eu lieu mais qu’elle fut dure! Les joueurs de Mike D’antoni sont pourtant bien rentré dans leur match. La balle circule et pas d’isolation à outrance pour Melo Anthony. Stoudemire avait déclaré avoir travailler son tir à trois points pendant la trève, il n’a pas menti. 2 sur 2 longue distance pour l’intérieur star des Knicks. Côté Boston, en l’absence de Paul Pierce, c’est Rondo qui prend les choses en main. Il score à souhait et met quelques paniers mi-distance pour faire taire ses détracteurs. Le collectif des Verts est rouillé, leur jeu stéreotypé. Pavlovic intronisé dans le 5 de départ est transparent et oublié par ses partenaires (zéro tir dans le match) mais heureusement pour les C’s, Brandon Bass sort du banc pour mettre quelques pions parce Jermaine O’Neal est sympa mais 3 fautes en 6 minutes c’est digne de Pepe. Les Knicks mènent 45-29 au mileu du 2e quart temps grâce à l’activité de Douglas et du rookie Iman Shumpert qui montre de l’envie mais surtout des dons de croquage hallucinants (2/11 en en 10 minutes). 62-52 pour les Knicks à la mi-temps.

L’orage Rondo et la marée Bass

Boston qui a déjoué en première période se dirige vers une déroute d’entrée mais Rajon Rondo a plus d’une passe dans son sac et joue les Robin des Bois en subtilisant les ballons des mains des New Yorkais. Les Celtics font un run démesuré, 24-2, en 6 minutes et recollent au score grâce au premier trois points du spécialiste, Ray Allen. Rondo et Bass sont comme deux larrons en foire et marquent chacun une dizaine de points. De plus, Boston impose son rythme en hachant le jeu, ce qui fait perdre le Nord aux joueurs de la Big Apple. Melo a disparu de la circulation et aucun Knick ne trouve le chemin du cercle. Les Celtics s’envolent vers la victoire et concluent le troisième quart avec un avantage de 8 points, 87-79.

Le pyro”Melo”

Quand Melo prend feu, il en devient injouable. Malheureusement pour Boston, ça a été le cas dans le quatrième quart temps. 17 points à lui seul dans cette période décisive, les Big Apples se cachent dans le short du numéro 7 des Knicks. Trois points sur trois points, il trouve son spot fétiche, le coin, est abuse de Marquise Daniels façon DSK. New-York égalisent à 100 partout sur un panier de…Melo après 4 minutes complètement folles ou Gartnett rentre deux gros tirs sur des passes de Rondo. La fin de match est haletante, on assiste à un chassé croisé entre les deux équipes et sur deux lancers francs de Melo, New-York prend les devants 106-104 avec 15 secondes à jouer. Gartnett rate le tir de l’égalisation et se fritte avec Bill Walker quelques instants après. Les Knicks s’en sortent bien après avoir donné le bâton aux Celtics pour les battre. Dominés au rebond, 19-7 en deuxième mi-temps, leur naïveté auraient du leur coûter chère mais Boston sans Paul Pierce et Jeff Green, ce n’est pas la même histoire. Rajon Rondo termine le match avec une impressionnante ligne de stats, 31 points (à un point de son record en carrière), 13 passes décisives, 5 rebonds et 5 interceptions avec 5 balles perdues tout de même. Brandon Bass le transfuge d’Orlando et ses 20 points ont de quoi rassurer Doc Rivers à l’avenir. Garnett et Allen finissent avec 15 et 20 points. Chez les Knicks, les progrès collectifs sont nettes. Les 17 passes décisives sur les 35 paniers  prouvent qu’une équipe se créée à New-York. Melo enflamme la feuille de match avec ses 37 pions, Stoudemire n’est pas en verve avec 21 unités comme Toney Douglas (meneur titulaire en l’absence de Baron Davis) avec 19 points. Tyson Chandler le Monsieur Plus, complète ses 7 petits points et 3 rebonds avec 6 gros contres. Les Knicks pourront prétendre au titre avec plus de consistance et un vrai gestionnaire à la mène. Boston aura beaucoup de mal cette année surtout avec un effectif remanié et décimé par les blessures. La saison va être courte mais s’annonce déjà passionnante. Quel beau cadeau de Noël !

ball'n blues

lien pour voir le Match en entier : http://www.scoreur.com/archives/2011/12/26/23046071.html

 

Opening night fever

L’histoire retiendra que Rajon Rondo a marqué le premier point de la saison 2011/2012, sur lancer franc, et que Toney Douglas a inscrit le premier panier. Mais outre le match d’ouverture entre les Knicks et les Celtics, la NBA nous a concocté un programme alléchant en commençant par le remake des dernières finales opposant Dallas à Miami, mais aussi un intriguant Chicago Bulls-Los Angeles Lakers et pour conclure Orlando Magic-Oklahoma City Thunder et Los Angeles Clippers-Golden State Warriors.

Red dead redemption !

Une céremonie qui donnerait presque la larme à l’oeil. Les Dallas Mavericks ont inauguré leur bannière de champion NBA 2011, dans leur enceinte de l’American Airlines Center, juste avant la rencontre les opposants à leur victime du mois de juin dernier, le Heat de Miami. C’est donc avec une grande émotion que Dallas va se faire torpiller. Pris à la gorge par une équipe de Miami surmotivée et déjà bien rodée, le nouvel effectif Texan (6 départ à l’intersaison) va se casser les dents sur la défense de fer du Heat et les coups de massue du buffle Lebron James. King James a énormément bossé durant l’été et s’est armé d’un jeu au poste efficace. 37 points (11/19 au tir) sans trop forcer avec 6 passes décisives et 10 rebonds, que demander de plus? Dwayne Wade y est allé de ses 26 points, 8 rebonds et 6 passes décisives bien aidé par Udonis Haslem, 14 rebonds. A noter la présence de Chris “Moche”, 4 points, 7 rebonds et beaucoup fautes. Les Mavericks ont encore la tête à la fête, ils n’ont jamais semblé en mesure d’inquiéter Miami. Les anciens auront-ils la motivation d’aller chercher un deuxième titre? Rien n’en est moins sûre mais faut-il rappeler que c’est cette motivation qui leur avaient permis de décrocher le sacre l’an passé. S’ils continuent dans cette voie, ils ne feront même pas les Playoffs . Score final, 105-94 pour Miami. N’aller pas chercher plus loin le favori de l’année !

lien pour voir le Match en entier : http://www.scoreur.com/archives/2011/12/26/23046032.html


Chicago fout les “Boules” aux Lakers

Kobe Bryant se souviendra longtemps de cette remise en jeu. Laissé seul par la défense Rouge avant la remise en jeu, il se fait prendre au piège d’une prise à deux dès l’engagement. Résultat, une passe approximative pour Pau Gasol qui se fait chipper le cuir par Luol Deng. La balle revient à Derrick Rose qui joue son one-on-one. Cross over main gauche, il se décale vers la droite en tête de raquette, appuis simultés qu’il enchaîne d’un “tear drop” au dessus des mains interminables de Pau Gasol. La larme coule jusqu’au panier, 88-87 pour les Bulls. Les Lakers rateront le tir de la gagne et peuvent avoir les glandes. Ils ont mené de dix points dans le dernier quart temps et avaient le match en main. Kobe a perdu la bagatelle de 8 ballons. Chicago revient de loin, il avait mis un quart temps pour se mettre en route et dominer Los Angeles à la mi-temps sous l’impulsion du dernier MVP, Derrick Rose auteur d’un 2 sur 2 longue distance. Beaucoup moins de déchets dans son jeu, Rose a pu compter sur un Carlos Boozer plus affûté et un Luol Deng polyvalent. Seul Rip Hamilton a déçu pour sa première sortie officielle avec le maillot frappé du buffle. Au retour des vestiaires, les Lakers avaient su trouver les solutions pour revenir à la marque et prendre les devants grâce à Kobe Bryant, auteur de 28 points dans la rencontre, et surtout sa défense. Les Angelinos ont forcé les Bulls à un mochissime 5 sur 23 au tir dans le troisième quart temps. La suite on la connait, LA s’est fait braquer et peut nouer d’énormes regrets tant sa prestation a donné des signes d’espoir pour le reste de la saison. Mc Roberts s’affirme en tant qu’excellent back-up de Bynum et Gasol. Ebanks, intronisé dans le 5, a fait du Trevor Ariza, Steve Blake et André Goudelock ont apporté leur adresse extérieur. Il ne faudra pas enterrer les Lakers trop vite ni encenser les Bulls même si Derrick Rose paraît un cran au-dessus, 22 points à 9 sur 13 au shoot dont 4 sur 5 à trois points. Cette saison, Chicago risque d’être sauvé par le génie du coach Tom Thibodeau sur les phases défensives, comme l’année précédente.

lien pour voir le Match en entier : http://www.scoreur.com/archives/2011/12/26/23050349.html


Le Thunder, OK ! Les Clippers au rendez-vous   

Oklahoma City n’a pas tremblé pour son départ. Opposé au Magic, le Thunder a pu compter sur Kevin Durant, 30 points, pour venir à bout d’Orlando en manque de magie. 97-89, la saison va être longue pour Orlando d’autant plus que Dwight Howard (11 points, 15 rebonds) n’est toujours pas assuré de rester en Floride cette saison. Ryan Anderson a surnagé, 25 points et 10 rebonds mais était seul au monde avec sa balle spalding. Côté Thunder, Westbrook est toujours aussi complet (14 points, 7 rebonds, 6 assists et 3 interceptions) et Harden, soyeux en sortie du banc (19 points).

Pour l’autre équipe de Los Angeles, le test des Golden State Warriors a été effectué avec succès, victoire 105-86 à l’extérieur. Drivé par un Chris Paul aussi froid et dangereux que Ryan Gosling avec une veste blanche, 20 points et 9 dimes, les Clippers étaient un cran au-dessus de leur adversaire du soir diminué par la convalescence de Stephen Curry et un déficit de qualité général. Blake Griffin termine meilleur marqueur du match avec 22 points juste derrière les 21 de Billups et de David Lee pour Golden State. Les Clippers peuvent viser les 4 premiers spots à l’Ouest grâce à sa puissance en jeu de transition.

 ball'n blues

Si vous aimez le tennis, le foot, la musique et la pub je vous conseille d'aller voir le site de notre scoreur "ball'n blues".

lien : http://ballnblues.wordpress.com/

Posté par MOA BIT à 02:22 - La Tribune de Ball'n'blues. - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire